LOIRE NIEUPORT LN 411 – AZUR 1/48

LOIRE NIEUPORT LN 411 – AZUR 1/48

Loire Nieuport LN 411 – Azur 1/48

Il s’agit d’un kit composé de pièces en plastique et en résine. Pour commencer, il faut préparer les pièces plastiques en vérifiant la gravure dont certaines parties peuvent s’être estompées au moulage. Les bords de fuite étant un peu épais, ils sont affinés au papier de verre à l’eau. Il faut ensuite préparer les pièces en résine en les dégraissant au liquide vaisselle puis en les décarrottant à l’aide d’une micro-scie ( Tamiya ou Verlinden par exemple ) . Heureusement les concepteurs du kit ont bien placé les points de moulage et cette opération ne sera qu’une formalité.

Présentation préparation

Montage

Classiquement, j’ai commençé par le cockpit. Je l’ai peint en gris-bleu fonçé, tableau de bord à instruments noirs avec une goutte de vernis brillant pour en figurer la vitre. Le coussin du siège est peint à l’huile pour lui donner plus de relief et l’aspect satiné du cuir. Les parois latérales ont alors été collées pour former la baignoire et le tout a été posé dans une demi-coquille, l’autre servant pour maintenir le tout en place en la refermant sans colle sur le premier demi-fuselage. Une fois le cockpit et le tableau de bord bien solidarisés d’un demi-fuselage, les demi-coquilles sont collées et mises de côté.

Les ailes

Sur la plupart des photos des avions au sol, on voit que les volets sont en position basse. J’ai donc décidé de me lancer dans la réalisation des volets en scratch. La souplesse du plastique aide beaucoup à la découpe des volets de l’aile : il suffit de parcourir les lignes de structure avec une lame neuve de scalpel et la découpe se fait en un rien de temps. Les volets découpés servent ensuite de gabarit pour en découper de bien propres dans de la carte plastique. Les renforts sont ensuite réalisés à l’aide de profilés fins en carte plastique Evergreen. La récente bible sur le sujet écrite par Mr Morareau contient de superbes photos montrant des LN 411 vus de derrière avec les structures internes et sera une aide précieuse pour cette opération.
L’aile est ensuite assemblée et les puits de trains demanderont un bon affinage pour s’y glisser. J’ai d’abord collé l’intrados au fuselage puis j’ai rapporté les extrados. Afin d’avoir un bon joint de collage entre les extrados et le fuselage, j’ai joint les deux saumons d’aile par de la bande scotch pour les maintenir bien en appui contre le fuselage. Le reste du montage n’appelle pas de difficulté.

Peinture

Il est alors temps de passer à la peinture du modèle. J’ai d’abord passé une couche d’alu Tamiya en bombe en guise d’apprêt. Il sera utile pour réaliser ensuite des éraillures. L’intrados est peint en gris bleu clair, teinte pour laquelle je me suis basé sur du RLM 65 Pollyscale acrylique. Le gris-bleu fonçé de l’extrados vient de la gamme Aeromaster acrylique et sera à bords francs avec la couleur de l’intrados. Les teintes suivantes sont à bords fondus et débordent un peu sur le gris bleu clair de l’intrados : pour le vert j’ai utilisé le vert Gunze H80 et pour le marron, l’acajou H84 de Gunze est très bien. Le drapeau de dérive est peint à l’aérographe avec du bleu israélien de Lifecolor, du rouge et du blanc Gunze. Du vernis brillant est passé puis les décalques sont posées. Elles sont de très bonne qualité et le blanc est bien dense.
L’avion est ensuite patiné à la poudre de pastels et des éraillures sont faites avec une lame arrondie pour faire apparaître l’alu de l’apprêt. Une lame ronde permet de gratter sans rayer comme le ferait une lame droite et pointue. La maquette est ensuite vernie avec du vernis mat Humbrol en bombe pour fixer les pastels. Les finitions se passent sans problème et on appréciera les raffinements en résine tels que les poignées pour monter dans l’avion ou les commandes des gouvernes. J’ai ajouté un viseur en photodécoupe provenant d’un set CMK servant à habiller des mitrailleuses.

Conclusion

En résumé un très agréable modèle avec un excellent rapport qualité-prix puisque le kit se monte direct de la boite et que son prix de vente est fort raisonnable pour un short-run. Voilà un bon moyen de débuter le multimédia et de garnir sa vitrine d’un modèle pour le moins original.
 
François “Fancherello” LUBIN

Pas à pas du montage

Partager cet article